La Cité (tome 1), de Karim ressouni-demigneux

Prix : 16€50

Nombre de pages : 236

Résumé :

Imaginez un jeu révolutionnaire, totalement virtuel mais en temps réel.
Un jeu où l’on pleure, où l’on saigne, à travers un autre soi-même. Un jeu où tout peut arriver, même mourir. Une énigme absolue où il faut tout découvrir, y compris le but du jeu… Ce jeu existe : il s’appelle La Cité. Comme dix millions de Terriens, Thomas a eu la chance de pouvoir entrer dans La Cité. Et tout a changé… Peu à peu, il a rencontré les amis que La Cité lui destinait, Arthur, Liza et Jules César.
Avec eux, il a découvert ses pouvoirs. Il a aussi repéré ses ennemis, comme Jonathan, son copain de lycée… Puis tout s’est emballé. Mystères et coups de théâtre se sont entrechoqués, ont submergé les esprits. Jusque dans la vraie vie… Avertissement : Dans La Cité, ne partez jamais de votre véritable vie, sinon la lumière blanche vous accablera.

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre du club lecture de mon collège. J’ai été attiré par le résumé de l’histoire qui semblait allier fantastique et technologie. Un sujet que j’avais déjà vu auparavant mais que je n’avais pas eu l’occasion de lire. J’espérais beaucoup de ce livre et j’ai vraiment été déçu.

Déjà, le style d’écriture de Karim ressouni-demigneux est très simpliste et assez désagréable à lire. Rien est décrit en détails, ce ne sont que des phrases brèves. En soit, ce n’est pas un problème que les phrases soient courtes. Mais c’est vrai qu’on a l’impression, dans le cas présent que l’auteur n’a pas écrit tous les mots de la phrase ! C’est  vraiment très dérangeant ! C’est vraiment pour moi LE gros point négatif de ce livre qui fait que ma lecture n’a pas du tout été agréable. Après avoir essayé de rentrer dans l’histoire ( ce que je n’ai pas réussi vous vous en doutez ), j’en suis venue à sauter des lignes, à parcourir les pages (pour ne pas trop me perdre dans l’histoire ), pour pouvoir quand même émettre  un avis sur ce livre pour mon club lecture ! c’est vous dire…

Il faut quand savoir que deux autres tomes sont parus et ne sont plus racontés par le même narrateur. Dans ce tome, le narrateur est Thomas/Harry, dans le deuxième c’est Liza qui prend la parole et dans le troisième, Jules César. Peut être que ce changement de narrateur entrainera une évolution de la syntaxe ? Mais je n’irais pas voir si ce que je dis est juste ! Je ne lirais pas la suite de la Cité  (après, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ^^ !). Pour moi, Karim ressouni-demigneux ne m’a transporté ailleurs et je le regrette.  Je sais que ce livre a aussi été accueilli par de nombreuses bonnes critiques. A vous donc de lire et de vous faire votre propre avis. Pour ma part, je ne recommanderai pas du tout  ce livre.

Publicités

2 réflexions sur “La Cité (tome 1), de Karim ressouni-demigneux

  1. Pingback: Sous haute dépendance, de ursula poznanski | Sur mon étagère...

Cet article t'a plu ? Un commentaire, cela fait toujours plaisir ;)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s